fbpx

Navigate / search

Le voile, est-ce accorder trop d’importance à une chose mineure ? Est-ce une distraction ?

Head Covering Objections
Objection: Le voile se focalise sur une chose mineure. C’est prendre un passage obscur qui n’apparaît qu’une seule fois dans la Bible, et en faire toute une histoire. Plutôt que d’en débattre, nous ferions mieux de nous préoccupper de choses plus importantes pour notre vie chrétienne, comme nourrir le pauvre et répandre l’Évangile.

Le passage qui parle du voile (1 Cor 11:2-16) est souvent classé dans la catégorie “obscure” de l’Écriture. Un théologien a même dit “le voile dont il est question ici, et l’homme de péché dont il est question dans II Thessaloniciens, sont deux des trois passages les plus obscurs du Nouveau Testament.” Mais est-ce vraiment le cas ? Cette portion de l’Écriture est débattable et il existe des objections qui nous demandent beaucoup de réflexions et d’études approfondies. Mais de là à dire “obscur” ? Un verset obscur n’est pas développé par la suite, ni expliqué, ni argumenté. Il est généralement trop vague pour qu’on puisse discerner facilement sa signification. Des exemples de versets obscurs sont 1 Cor 15:29 (le baptême pour les morts), 1 Tim 2:15 (les femmes sauvées par la maternité) et 1 Cor 11:10 (se couvrir “à cause des anges”). Même si les pages de Bible qui parlent du voile contiennent en effet un verset obscur (1 Cor 11:10b), le passage dans son intégralité n’est pas du tout obscur.

  • Un passage obscur occupe maximum un ou deux versets. Le voile est enseigné sur 15 versets consécutifs.
  • Un passage obscur concerne ce qui est mentionné sans être expliqué. Or avec le voile, Paul dit “je veux bien que vous compreniez…” (1 Cor 11:3) et développe ensuite le sens du symbole.

Le voile est tout sauf obscur, il est le symbole le mieux défendu et le plus argumenté du Nouveau Testament.

Mentionné une seule fois

Une autre objection accuse le commandement du voile de n’apparaître qu’une seule fois dans toute la Bible. C’est vrai. Mais combien de fois une chose doit-elle figurer dans la Bible pour que nous la prenions au sérieux ? La réponse est : une seule fois, à cause de Qui est l’Auteur.

Toute l’Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit formé et équipé pour toute œuvre bonne. (2 Timothée 3:16-17)

Toute l’Écriture est utile. Pas juste certaines parties, et pas juste les choses qui sont mentionnées plusieurs fois. TOUTE l’Écriture est “utile pour enseigner”. Cela signifie que les discussions et les enseignements sur le voile ne sont pas une distraction mais bien une réponse adéquate au fait que l’on croit que toute l’Écriture est inspirée.

Il est aussi intéressant de signaler que l’apôtre Paul a consacré autant de temps dans sa lettre à parler du voile (1 Cor 11:2-16) que du repas du Seigneur (1 Cor 11:17-34). Dans les deux cas, il n’a pas vu la nécessité d’en parler une seconde fois. Si la répétition était ce qui nous permet de déterminer l’importance des sujets chrétiens, alors cela voudrait dire que l’Apôtre Paul accorde autant d’importance au voile qu’au repas du Seigneur. Cela voudrait aussi dire que saluer ses frères d’un baiser fraternel (mentionné 4 fois) serait plus important que la question des femmes qui enseignent (mentionnée une seule fois). Clairement, cette façon de voir ne tient pas la route.

Les petits commandements

Certaines personnes pensent que des discussions prolongées sur le sujet (et  d’autant plus un mouvement qui y est consacré !) nous détournent des choses vraiment importantes, comme venir en aide au pauvre ou répandre l’Évangile. Alors d’abord, est-ce que ces commandements sont plus importants que le voile ? Oui très certainement. J’espère que cela ne vous surprend pas. Le voile est loin d’être le commandement le plus important. Mais encore une fois, nous croyons que Dieu est l’auteur de “toute l’Écriture” et que donc, toute l’Écriture doit être prise avec sérieux.

Voyons voir quel rapport Jésus avait avec les “petits commandements” :

Malheur à vous, spécialistes de la loi et pharisiens hypocrites, parce que vous versez la dîme de la menthe, de l’aneth et du cumin et que vous laissez ce qu’il y a de plus important dans la loi : la justice, la bonté et la fidélité. C’est cela qu’il fallait pratiquer, sans négliger le reste. (Matthieu 23:23)

Jésus dit aux pharisiens que la dîme n’est pas aussi importante que la justice, la bonté et la fidélité. Les pharisiens observaient minutieusement la Loi dans ses détails mais négligeaient les commandements les plus importants. Comment Jésus a-t’il réagit ? Il les a reprit vivement en les sommant de pratiquer “ce qu’il y a de plus important dans la loi”. Cependant, il ne leur dit pas d’arrêter d’obéir aux commandements plus petits, ce qu’il veut c’est qu’ils obéissent en tout. Il leur dit “c’est cela qu’il fallait pratiquer, sans négliger le reste”.

Une autre fois, en parlant de l’Ancien Testament, Jésus dit :

Celui donc qui violera l’un de ces plus petits commandements et qui enseignera aux hommes à faire de même sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les mettra en pratique et les enseignera aux autres, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. (Matthieu 5:19)

Comme nous pouvons le voir, pour Jésus même les plus petits commandements ne sont pas optionnels. Les derniers doivent aussi bien être observés que les premiers. Ces commandements ont des degrés d’importance différents et doivent rester à la place qui leur est due, cependant tous réclament notre obéissance.

Conclusion

L’enseignement du voile n’est pas drapé d’obscurité. Il nous est présenté avec une longue explication qui expose les raisons de cette pratique. À cause de cela, il serait malhonnête de le comparer avec les inventions d’hommes, fausses doctrines injustement élaborées à partir d’un verset sorti de son contexte ou d’une déclaration vague et inexpliquée de la Bible. Si cet enseignement n’apparaît qu’une seule fois, une fois suffit puisque Dieu en est l’auteur. De plus, on peut veiller à ce que cette doctrine du voile soit respectée sans pour autant élever cette doctrine à un niveau d’importance démesuré qui irait au-delà de ce que la Bible déclare. Opposer différents commandements entre eux est une fausse dichotomie. Ce n’est pas le voile OU venir en aide aux pauvres, c’est le voile ET le secours du prochain. Celui qui veut mettre le voile n’a pas besoin, pour mettre en pratique cet enseignement biblique, de renoncer à servir dans d’autres domaines.

Leave a comment

name*

email* (not published)

website

Send this to a friend