fbpx

Navigate / search

Témoignage d’Irina Glazkova

Head Covering Testimonies
Name: Irina GlazkovaAge: 25Location: St. John's, NL, CanadaStarted Covering: October 2010

Covering Testimony: Irina Glazkova

1) Présente-toi à nos lecteurs.

Coucou, je m’appelle Irina Glazkova et je suis chrétienne, non mariée, et originaire de Russie. Je vis au Canada depuis 2007. Avant cela j’ai vécu aux USA pendant 11 mois comme étudiante à l’étranger. J’ai accepté le Seigneur Jésus-Christ comme Sauveur à l’âge de 12 ans après avoir exploré beaucoup de philosophies. Pendant mon enfance et mon adolescence on s’est beaucoup moqué de moi à cause de mes difformités physiques. J’ai dû subir 7 opérations chirurgicales. Lorsque je suis née, les médecins ont tenté de convaincre ma mère de m’abandonner aux services hospitaliers, car j’étais très malade et déformée. C’est malheureusement une pratique courante en Russie et dans la plupart des pays post-soviétiques. Ma mère a refusé et elle a sacrifié tellement de choses pour mon bien-être. Mon plus grand rêve c’est que ma famille reçoive le Salut qui vent de Jésus-Christ.

Les moqueries que j’endurais m’ont conduite à chercher la vérité. Je ne pouvais pas supporter l’idée qu’il n’y ai pas de justice de faite. J’accompagnais ma mère à l’église orthodoxe, cependant j’étais en conflit avec le fait de devoir prier les saints, m’agenouiller devant des icônes et plein d’autres choses. Pendant mon année d’échange aux États-Unis, j’ai été hébergée dans la famille d’un pasteur baptiste. C’est là que ma foi a commencé à grandir. J’avais alors 17 ans. C’est aussi lors de ce séjour aux États-Unis, que j’ai eu envie de poursuivre mes études au Canada. C’est d’abord venu par une jeune femme de mon église actuelle au Canada (Faith Bible Chapel) qui s’est rendue aux États-Unis, pendant que j’y étais, pour la remise de diplôme de son fils. Puis l’université de Newfoundland m’a accordé une bourse d’entrée. Le Seigneur m’a conduite ici a Newfoundland. J’aime les randonnées, les activités en plein air, le bricolage, la lecture, l’écriture, le chant, et regarder les nuages.

2) Où vas-tu à l’église ? Parle-nous en un peu.

Je me rends à Faith Bible Chapel, qui est une église non-dénominationnelle. L’église est plutôt petite. Ce qui était un gros choc après avoir fréquenté Cornerstone Bible Church à Roseville au Michigan, qui avait une congrégation de 3000 personnes ! Mon église actuelle a beaucoup de missionnaires autour du monde et coopère avec différents ministères… Nous chantons ensemble avant et après les services. J’apprécie la qualité des sermons. Ils sont toujours concrets et rejoignent nos préoccupations quotidiennes. Nous avons beaucoup de groupes d’étude biblique tout au long de la semaine, ainsi qu’un petit déjeuner-prière tous les vendredis matin à 7h00.

3) Qu’est-ce qui t’a poussée à mettre le voile à l’église ?

Je suis née en Russie et y suis restée jusqu’à mes 17 ans. De temps en temps ma famille se rendait à l’église orthodoxe. Il est obligatoire pour les femmes mariées de couvrir leur tête avec un foulard. Beaucoup de prêtres orthodoxes insistent pour que les filles de plus de 5 ans se couvrent aussi la tête. En 2006 lorsque je suis venue aux États-Unis pour un échange universitaire, plusieurs personnes m’ont dit que le voile était culturel, j’ai donc abandonné cette idée. Puis en 2007 je suis venue au Canada et ai commencé à fréquenter l’église Faith Bible Chapel. Dès le premier jour j’ai pu apercevoir quelques femmes qui portaient un voile en dentelle pendant les services. J’avais un foulard dans mon sac à main, au cas où les pasteurs, les anciens, ou les diacres viendraient me demander de me couvrir la tête. Personne ne le fit. Les gens m’ont dit que certaines femmes considèrent le voile comme un symbole de soumission à leur mari. J’ai alors balayé la question pendant quelques temps, mais j’étais tiraillée dans mon coeur. Plus tard, je me mis à lire de nombreux articles sur le sujet et à visionner des vidéos qui en parlaient. Après avoir lu et relu 1 Corinthiens 11 de nombreuses fois et passé du temps dans la prière, je décidai finalement de me voiler. L’ordre créationnel, le principe d’autorité et les anges qui nous regardent, concernent tout le monde. L’apôtre Paul parle de couvrir la tête avant même de parler de la longueur de cheveux. La longueur de cheveux d’une femme ne change pas au cours d’un culte ou pendant la prière or l’apôtre Paul nous dit qu’elle a besoin de ce symbole spécifiquement pour ces moments-là. Après en avoir discuté avec le pasteur et les anciens, ils m’ont dit que je devais me couvrir la tête seulement si Dieu me conduisait à le faire. Après avoir commencé à mettre le voile à l’église, j’ai ressenti beaucoup de joie. Aujourd’hui je me couvre la tête pendant le culte, pendant les études bibliques et lorsque je prie (en groupe ou toute seule).

4) Quel est selon toi l’aspect le plus beau et le plus difficile concernant le voile ?

Je me sens tellement plus proche de Dieu depuis que j’ai commencé à mettre en pratique le commandement de 1 Corinthiens 11. Je suis beaucoup moins distraite pendant la louange, la prière ou la prédication. Cela me pousse à m’approcher du Seigneur et en même temps cela me donne d’avantage d’humilité pour l’approcher. Le fait de réaliser que le voile s’adresse aux femmes me fait me sentir spéciale. C’est hallucinant de penser que nous pouvons servir notre Sauveur par notre façon de nous habiller !

En plus de cela, le voile donne d’excellentes occasions de partager, car certaines personnes viennent me poser des questions. J’essaye de bien me documenter sur la question afin de pouvoir leur répondre.

Parfois, je visite d’autres églises avec la chorale internationale de gospel de Newfoundland dont je fais partie. Dans ces autres églises le voile n’est pas pratiqué et je me sens jugée par certaines personnes qui ont l’air de m’étiqueter “légaliste”. Quelques années en arrière, je prenais soin d’une vieille dame qui m’a soudain dit que le voile était quelque chose d’oppressant et qu’en m’y soumettant je diminuais le sacrifice de Jésus-Christ…

5) Quel conseil tu donnerais à une femme qui a peur de se voiler ?

La peur paralyse et nous empêche d’assumer notre foi. Dans de nombreux cas la peur a eu pour conséquence que les gens se saisissaient eux-mêmes de choses qu’il fallait abandonner à Dieu, manquant par-là de détruire les plans de Dieu. Abraham a abandonné sa femme. Pierre a renié Jésus trois fois. Adam et Ève ont essayé de se cacher de la face de Dieu. Souvenez-vous que Jésus nous a dit de lui faire confiance. Il a dit “Sois sans crainte”. En tant que chrétiens nous devons craindre Dieu et non les hommes. Souvenez-vous aussi du pouvoir de la prière, et qu’en Christ nous sommes vainqueurs. Dieu est notre force. Et en plus de cela nous avons de nombreuses options pour couvrir notre tête. Il existe différents chapeaux, bonnets, foulards… Vous pouvez choisir celui qui sera le plus acceptable dans votre milieu culturel. La Bible ne précise pas le tissu, la couleur ou le style de ce qui doit couvrir votre tête.

6) Quel genre de couvre-chef tu utilises ? Où t’en procures-tu ?

J’utilise différents types de couvre-chefs : la plupart du temps c’est un carré de tissu plié en deux et noué autour du cou (style traditionnel russe, biélorusse et ukrainien) ou j’utilise des bandanas. Parfois je porte un voile à la façon plus orientale, sauf qu’on aperçoit quand-même un peu de mes cheveux. L’été je met des chapeaux. Parfois je rabat simplement la capuche de mon sweat pendant les études bibliques ou aux petits déjeuners-prière. L’une de mes amies m’a parlé du site Garlands of Grace. J’achète mes foulards dans différents magasins. J’en reçois aussi de mes amis à Noël ou pour mon anniversaire. Je dois en avoir plus d’une dizaine. J’essaye toujours d’assortir ma tenue avec ce qui couvre ma tête.

Would you like to share your story of how you came to believe in head covering? Tell us about it here.

Leave a comment

name*

email* (not published)

website

Send this to a friend