fbpx

Navigate / search

Témoignage de Jessica Lovely

Head Covering Testimonies

Nom : Jessica Lovely | Âge : 31 ans | Vient de : Gypsy, Kentucky | Se voile depuis : Été 2015



Jessica Lovely

1) Présente-toi à nos lecteurs.

Bonjour, je m’appelle Jessica Lovely. J’ai 31 ans et j’habite à Gypsy, dans le Kentucky, une petite communauté nichée dans les montagnes Appalaches. Tout respire la simplicité par ici. Mon mari est bûcheron et travaille dur pour subvenir à nos besoins. Je fais l’école à la maison pour nos quatre enfants, qui sont tous à des niveaux différents. J’aime énormément mon rôle d’épouse et de mère, Dieu m’a vraiment béni avec une merveilleuse famille. J’aime cuisiner pour ma famille et faire des balades le soir avec nos enfants et les chiens. Je fabrique ma propre lessive ainsi que des produits nettoyants et des déodorants faits maison, sans produits chimiques ! Par-dessus tout, et c’est le plus important, je suis une enfant dévouée de Dieu et je me sens particulièrement bénie les fois (comme maintenant) où Il me donne l’occasion de répandre l’Évangile.

2) Où vas-tu à l’église ? Dis-nous-en un peu plus sur ce sujet. Est-ce que d’autres personnes se voilent là-bas ?

C’est une bénédiction pour moi de faire partie de l’église Little Rachel Church, qui se trouve à Waldo, dans le Kentucky. J’assiste aux offices le jeudi soir et le dimanche matin. À part ma fille et moi, il y a aussi une autre femme qui se couvre la tête. Nous sommes devenues de bonnes amies et nous nous encourageons l’une l’autre. Nous sommes d’accord pour dire que c’est agréable de ne pas être la seule à se couvrir, même si, le cas échéant, nous le ferions quand-même, comme un défi. De temps en temps, il y a deux autres femmes qui assistent aux offices et qui se couvrent aussi. Il y a quelques dimanches de cela, nous étions 5, en comptant ma fille et moi, à nous voiler ! Je dois dire que c’était un moment béni pour moi.

3) Qu’est-ce qui t’a poussé à te voiler ?

J’ai commencé à me voiler au cours de l’été 2015. Toute ma vie, on m’avait enseigné, et je le croyais, que mes cheveux étaient le seul voile dont j’avais besoin. Jusqu’à ce qu’un jour, je lise le chapitre 11 de la première Épître aux Corinthiens (comme je l’avais fait plusieurs fois au cours de ma vie) et que Dieu mette dans mon cœur le désir de l’étudier plus profondément. C’est ce que je fis. J’ai lu cette suite de versets encore et encore, j’ai prié chaque jour pour que Dieu me montre ce qu’Il voulait que je fasse, et j’ai cherché des vidéos sur YouTube et de nombreux articles sur le web. En faisant ça, j’ai trouvé des vidéos et des articles de « The Head Covering Movement » qui ont été très instructifs pour moi. J’ai également dégôté un article très utile ici. J’ai trouvé l’information sur ce site très convaincante. Cet article traite tous les arguments que l’on pourrait avoir contre le fait de se voiler, et démontre, à travers la Parole de Dieu, pourquoi se voiler est une chose à faire sans aucun doute, y compris aujourd’hui.

4) Comment ça s’est passé le premier dimanche où tu t’es montrée à l’église avec un voile ?

J’étais nerveuse à ce sujet, mais je n’aurais pas dû l’être. J’étais dans l’obéissance à Dieu, et c’est tout ce qui comptait. Personne n’a rien dit, ni même montré qu’ ils l’avaient remarqué.

5) Quand te voiles-tu ?

Je me voile toute la journée, tous les jours. On pourrait me demander « N’as-tu pas besoin de le porter seulement quand tu pries ou que tu prophétises ? ». La réponse que je donnerais est « oui » mais la première lettre aux Thessaloniciens, chapitre 5, verset 17, nous dit de prier sans cesse. Je prie, je chante des louanges et je parle du Seigneur (prophétise) plusieurs fois par jour. Je préfère donc garder mon voile et ne pas avoir à en chercher un à chaque fois que je fais les choses mentionnées précédemment, car je ne veux pas que l’absence de voile entrave ma relation avec Dieu de quelque façon que ce soit. Je garde aussi un foulard à côté de mon chevet la nuit, pour y avoir accès facilement quand je dis ma prière de la nuit.

6) Quel conseil donnerais-tu à une femme qui n’ose pas se voiler ?

Je les encourage à mettre toute crainte de côté et à rester concentrées sur Jésus. C’est une belle chose que d’obéir à Dieu. Se couvrir la tête, bien que ça puisse causer la peur, de la confusion, et de la controverse, est un symbole très édifiant. C’est un rappel constant, pour vous et pour les autres, que vous êtes un enfant de Dieu. Moi aussi j’ai lutté au début, mais depuis j’ai vaincu mes peurs à travers l’amour de Jésus et par obéissance envers Lui. Je les encouragerais également à étudier et à apprendre pourquoi nous sommes appelées à nous couvrir. Parce que savoir quoi répondre aux autres, si jamais on me posait la question, était un gros poids sur mes épaules. Garde ta foi, ma sœur, et ne t’inquiète pas pour le monde, mais tâche de plaire à notre Seigneur, Il t’aidera à tenir bon.

7) Selon toi, quel est l’aspect le plus intéressant et le plus difficile concernant le voile ?

Je dois dire que le meilleur, serait que ça m’a donné un sentiment de douceur. Cela me rappelle que je suis sous l’autorité de mon mari et que je suis soumise à lui. Le fait que nous soyons dans le respect de la direction ordonnée par Dieu a vraiment béni notre mariage et nous a rapprochés. C’est aussi un rappel constant pour moi de prier, de faire des louanges et de rendre témoignage plus souvent.
Quant à l’aspect le plus difficile, je répondrais pour moi et dirais que c’était la peur que j’avais au début, de ce qu’en penseraient mon mari et ma famille proche. J’étais très nerveuse quand je leur ai annoncé que j’allais porter un voile et lorsque j’ai commencé à le faire devant eux.

8) Quel genre de couvre-chefs utilises-tu ? Où les trouves-tu ?

J’en utilise dans différents styles actuellement. Je peux porter des tichels, des bandeaux larges, un foulard en dentelle qui descend le long de ma nuque et même parfois un bandana ordinaire. Mais si je devais choisir, je dirais que les tichels et les bandeaux extra larges sont mes préférés. J’achète des foulards larges et longs au magasin Goodwill local et j’attache tous mes cheveux avec pour m’en faire un tichel. J’achète aussi des tichels modulables qui ne couvrent qu’une partie de la tête comme un bandeau et qui peuvent aussi couvrir la totalité de vos cheveux comme les tichels traditionnels. Ils viennent de Jérusalem et sont vendus sur eBay. Mes bandeaux super larges, comme je les appelle, viennent de Wal-Mart et existent en plusieurs couleurs et modèles, ce qui les rend faciles à assortir avec à peu près toutes les tenues. Ils sont très faciles à mettre et tiennent toute la journée. N’hésitez pas à consulter la vidéo YouTube que j’ai réalisée qui montre mes voiles favoris, où les acheter et comment les mettre. Bien que ma manière préférée de porter le tichel est la version simpliste : sans rien pour donner du volume, où j’enroule juste le foulard autour de mon chignon. Elle n’est pas montrée dans la vidéo, mais c’est ce que vous pouvez voir sur la photo de cette interview.

9) Comment as-tu entendu parler du Head Covering Movement ?

Je suis tombée sur des vidéos postées sur YouTube.  Je les ai trouvées pendant mes recherches initiales, quand Dieu m’avait ordonné de creuser plus profondément le sujet du voile. J’ai regardé quelques-unes des vidéos à plusieurs reprises puis je me suis aventurée sur la page Facebook et le site Internet. Ils se sont tous révélés très utiles dans mon cheminement pour le voile.

Send this to a friend