fbpx

Navigate / search

Le voile est-il aussi pour les femmes non-mariées ?

Should Single Women Wear Head Coverings?

Dans 1 Corinthiens 11, Paul enseigne aux femmes la nécessité de se voiler pour “prier ou prophétiser”. Le terme grec pour “femme” est “gynē”, et il peut être traduit par “femme” ou “épouse” selon le contexte. Si la plupart des versions de la Bible 1) Cela inclue notamment les traductions Second, Darby, Semeur, Parole de Vie, la TOB, tout comme la bible liturgique épiscopale. traduisent gynē comme “femme” dans les versets 2 à 16, la version populaire en anglais courant (English Standard Version Bible) 2) La version anglaise RSV défend aussi ce point de vue en traduisant 1 Cor 11:3 comme “la tête de la femme est son mari”.  diffère en traduisant par moment “épouse” dans ce passage (la bible en français courant, elle, traduit homme par “mari”). Cela a conduit beaucoup de femmes à se questionner et à se demander si l’ordonnance du voile ne s’adressait pas qu’aux femmes mariées. Il faut savoir que derrière ce choix de traduction qui a induit en confusion, il y a l’hypothèse que le port du voile n’était qu’un symbole romain du 1er siècle pour désigner une matrone (une femme mariée respectable). Notre objectif dans cet article est de prouver que l’enseignement de Paul sur le voile, concerne tous les hommes et toutes les femmes, indépendamment de leur statut marital.

Ordre Créationnel ou Ordre matrimonial ?

Comme nous l’avons mentionné, le terme grec gynē peut être traduit comme “femme” ou “épouse” selon les contextes. La question que l’on doit donc se poser est : y a-t’il des éléments dans le contexte qui montrent que Paul ne parle que des femmes mariées ?

Voici le verset qui est généralement cité :

Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l’homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ. (1 Cor 11:3)

L’argument qui est tiré de ce passage est que la femme n’a qu’une tête, et que c’est son mari. Bien que nous attestons ce fait, nous croyons que ce que dit Paul a une portée plus large. Dans ce passage, Paul indique l’ordre de la Création, il ne vise pas spécifiquement les rôles dans le mariage. D’ailleurs, tout homme à Christ pour chef, pas seulement les hommes mariés. La déclaration que fait Paul ne se limite pas à une certaine portion de la population mais concerne tout le monde, hommes et femmes. Ce verset indique la hiérarchie des rôles masculins et féminins selon l’ordre créationnel, il ne parle pas du couple même si cet ordre créationnel se retrouve effectivement dans le mariage.

Nous savons qu’il s’agit de l’ordre créationnel car Paul poursuit ainsi aux versets 7-9 :

L’homme ne doit pas se couvrir la tête, puisqu’il est l’image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme. En effet, l’homme n’a pas été tiré de la femme, mais la femme a été tirée de l’homme ; et l’homme n’a pas été créé à cause de la femme, mais la femme a été créée à cause de l’homme.

Nous constatons ici que Paul parle de la différence originelle entre l’homme et la femme, selon le grand tableau de la création. Encore une fois, il n’a pas un angle de vue réduit qui ne vise que les couples mariés. Si tel était le cas, et si nous traduisions à chaque fois gynē par “épouse” dans ce passage, alors cela nous ferait dire à Paul que les épouses sont tirées de leur mari (1 Cor 11:8). Cette absurdité, à laquelle personne n’adhère bien entendu, nous force pourtant à admettre que Paul parle bien des femmes en général et pas justes de celles qui sont mariées.

Dr. Daniel Wallace (PhD, Séminaire Théologique de Dallas) est un éminent professeur de grec. Dans une revue, il a écrit à propos du voile 3) Lire “What is the Head Covering in 1 Cor 11:2-16 and Does it Apply to Us Today?” de Daniel Wallace sur Bible.org. Nota : Dr. Wallace pense que le voile est un symbole pouvant être remplacé par autre chose de plus actuel, point de vue que nous ne partageons pas. , qu’il atteste qu’il n’y a pas d’éléments dans le contexte qui permette de traduire gynē comme “épouse”. Voici ce qu’il dit : “Nous n’avons pas  eu besoin de débattre pour savoir si il s’agissait de femmes ou d’épouses dans ce texte… gynē doit toujours être compris comme “femme” (par opposition à “épouse”) jusqu’à ce qu’il y ait des preuves suffisantes dans le contexte qui nous permette de soutenir le contraire.” 4) Daniel Wallace – What is the Head Covering in 1 Cor 11:2-16 and Does it Apply to Us Today?’ – Footnote #8.

Mary Kassian (Professeur d’études féminines, Séminaire du Sud) partage aussi le même point de vue et pense que ce sont les femmes en général dont il est question dans le passage, étant donné les propos de Paul dont la portée est d’avantage universelle que spécifique aux couples. Elle affirme, à propos de 1 Cor 11:13-15 :”...l’image utilisée, la longueur des cheveux, montre que ce qu’il avait en tête s’appliquait à tous. Sinon l’argument perd de sa force, puisque les longs cheveux s’appliquent à toutes les femmes et pas juste à celles qui sont mariées.5) Mary Kassian – Women, Creation and the Fall (Crossway Books, 1990) Page 100 Elle explique ensuite le sens du voile pour les femmes non-mariées : “En portant un voile, une femme seule proclame : Je reconnais que Dieu a ordonné aux femmes de se soumettre dans le mariage, et même si je ne suis pas mariée, je comprend ce principe et je montre que je le respecte en me couvrant la tête. Si je ne me marie jamais, je porte toutefois un symbole qui montre que je reconnais ma place dans la Création.” 6) Mary Kassian – Women, Creation and the Fall (Crossway Books, 1990) Page 101

Scènes de mariage et tenue au culte

Bride wearing a Veil

Si 1 Cor 11:3 est parfois cité pour montrer que le passage concerne les époux, l’argument principal qui justifie cette compréhension est en fait tiré du contexte culturel romain. Wayne Grudem (Rédacteur en Chef de la Bible en anglais standard, version ESV) défend ce point de vue :

C’est une évidence que le voile pour une femme indiquait qu’elle était mariée, on le sait de sources littéraires et par les découvertes archéologiques d’oeuvres d’art représentant des scènes de mariage.” 7) Wayne Grudem – Evangelical Feminism & Biblical Truth (Crossway Books, 2012) Page 334 (réponse 9.2b)

En premier, remarquons que Grudem regarde au mauvais endroit pour tirer des conclusions pertinentes. Il s’appuie sur des “scènes de mariage”, alors que Paul n’est concerné que par la façon dont nous nous comportons au culte. Imaginons dans le futur que quelqu’un tente de résoudre la question de 1 Cor 11 en regardant une photo de mariage du 21e siècle en Amérique du Nord, ils verront aussi que la mariée porte un voile. Mais ce constat n’aura pas la moindre utilité pour comprendre la façon dont les femmes se comportent au culte, puisque la mariée qui porte un voile à son mariage n’en porte plus après la fête. Le flammeum, un voile de mariage romain qui était porté par la mariée, était lui aussi porté exclusivement lors de cette célébration. 8) Voir ‘Kelly Olson – Dress and the Roman Woman’ (Routledge, 2008) Page 22 Ainsi, les scènes de mariages sont peu utiles pour faire avancer les discussions sur l’ordre de Paul pour la tenue au culte.

La matrone Romaine

On entend souvent que dans la culture romaine, toute femme respectable qui était mariée (la “matrone”) ne se montrait pas en public sans se couvrir la tête d’un voile. Ce lien entre tête couverte et femme mariée est vu par certains comme inséparable. Nous allons examiner ce point en profondeur, mais avant cela, je voudrais souligner que cet argument avancé a d’emblée un mauvais fondement : Paul se soucie de la façon dont se déroule le culte (qui avait le plus souvent lieu en privé, dans les maisons des croyants) et pas de la façon dont les femmes apparaissent en public. Cependant, le fait que les femmes romaines mariées devaient se couvrir la tête en public a quand-même un intérêt dans notre réflexion. Voici deux citations à suivre d’auteurs respectés concernant la tenue romaine :

Roman Matron

“La palla était un large rectangle d’étoffe qui couvrait – sans compter la toge – le corps des épaules aux genoux… elle est vite devenue nécessaire dans l’attirail de la femme respectable qui ne sortait alors plus de chez elle sans être ainsi couverte.” 9) A.T. Croom – Roman Clothing and Fashion (Tempus Publishing, 2000) – Page 87
– A.T. Croom (Auteur de Roman Clothing and Fashion)

“Le rang, le statut et la moralité d’une femme mariée étaient lisibles dans sa tenue : une longue tunique, la stola, la palla ou mantille dont la femme se couvrait la tête lorsqu’elle sortait, les cheveux attachés dans un filet… Cette description est celle de plusieurs chercheurs modernes comme étant la tenue de tous les jours de la matrone.” 10) Kelly Olson – Dress and the Roman Woman (Routledge, 2008) Page 25
-Kelly Olson (Auteur de Dress and the Roman Woman)

Le problème avec ces faits, c’est qu’ils ne représentent que la moitié de la réalité. L’autre versant est décrit par les mêmes chercheurs, mais est passé sous silence par les théologiens chrétiens qui veulent que le voile ne soit qu’une tradition romaine de femme mariée ! Voici maintenant 4 faits qui vont compléter notre vision de la réalité et nous aider à mieux comprendre cette pratique romaine du 1er siècle :

1. Les preuves littéraires et archéologiques se contredisent souvent entre elles.

“”Il y a quelques contradictions entre les sources littéraires et artistiques quant au costume de la femme romaine (ainsi que pour les jeunes filles). Beaucoup de pièces de vêtement comme la stola et le filet pour les cheveux sont fortement liés à l’apparence de la femme honorable dans la littérature romaine, mais ces “signes de pureté” ne sont nullement observables dans les supports visuels laissés par cette civilisation.”  11) Kelly Olson – Dress and the Roman Woman (Routledge, 2008) Page 40

“Les auteurs modernes ont affirmé que la tête couverte faisait parti de l’attirail vestimentaire quotidien d’une matrone. Mais encore une fois, nous devons signaler des contradictions entre les sources littéraires et artistiques.” 12) Kelly Olson – Dress and the Roman Woman (Routledge, 2008) Page 34

2. Les femmes romaines sont plus souvent représentées tête découvertes sur les portraits, que voilées.

“La vaste majorité des bustes de femmes romaines qui ont été retrouvés montre la femme sans voile, probablement pour qu’elle fasse étalage de sa coiffure très élaborée.” 13) Kelly Olson – Dress and the Roman Woman (Routledge, 2008) Page 34

“Des portraits en marbre publics à Corinthe, montrent des femmes, probablement membres de prestigieuses familles, le plus souvent représentées têtes nues.” 14) David W. J. Gill – The Importance of Roman Portraiture for Head-Coverings in 1 Corinthians 11:2-16, Tyndale Bulletin 41.2

“Puisque la plupart des portraits de femmes les représente tête découverte, nous en déduisons que l’absence de voile n’était pas mal vu socialement.” 15) Voir ‘Hairstyles, Head-coverings, and St. Paul: Portraits from Roman Corinth’ by Cynthia L. Thompson (Biblical Archaeologist, June 1988) page 112

3. Il n’y avait pas un seul costume romain. La tenue romaine variait selon les provinces et avait diverses coutumes quant au voile.
“Les provinces de l’Empire Romain s’étendaient depuis l’Espagne jusqu’à la Syrie, en passant par l’Écosse et l’Égypte, et couvraient beaucoup de nations et de tribus différentes. Les Romains acceptaient les personnes différentes de cultures différentes et n’essayaient pas de les convertir au mode de vie italien romain.” 16) A.T. Croom – Roman Clothing and Fashion (Tempus Publishing, 2000) – Page 123

4. Corinthe était une cité multi-culturelle où les femmes portaient plus souvent leur costume natif que le costume romain.
“Les vêtements permettaient aussi d’identifier la race ou la nationalité. Le costume natif était particulièrement conservé par les femmes au cours du premier et second siècle, même par celles qui avaient adopté un mode de vie romain.”  17) A.T. Croom – Roman Clothing and Fashion (Tempus Publishing, 2000) – Page 145

“…ce sont souvent les femmes qui conservaient leurs coutumes natives tandis que les hommes adoptaient les habitudes vestimentaires grecques ou romaines, ainsi une pierre tombale montre une femme en costume indigène tandis que son mari apparaît vêtu d’une toge et d’une tunique grecque.” 18) A.T. Croom – Roman Clothing and Fashion (Tempus Publishing, 2000) – Page 124

Ainsi, les femmes portaient effectivement un voile en public (un fait que nous ne remettons pas en doute) mais cela était loin d’être une pratique universelle. Ce cas que nous pouvons partiellement observer n’est pas -contrairement à ce qui a souvent été supposé- un symbole requis pour toute femme mariée.

Les vierges vestales

Vestal Virgins

Les Vierges Vestales nous procurent la preuve que le voile n’était pas le signe standard qui signifie qu’une femme est mariée, dans la culture romaine. Ces femmes étaient des prêtresses de Vesta, elles “cultivaient le feu sacré et n’avaient pas le droit de sortir au dehors” 19) Citation de la page “Vestal Virgins” sur Wikipedia – Accédée le 30 mai 2014. Elles étaient “libres des contraintes sociales qui les poussent normalement à se marier et à avoir des enfants, elles avaient fait voeu de chasteté dans le but de se consacrer à l’étude et à l’observance des rites… 20) Citation de la page “Vestal Virgins” sur Wikipedia – Accédée le 30 mai 2014.  Ces femmes étaient très respectées et épouser une ancienne prêtresse de Vesta (après ses 30 ans de services effectués) était supposé porter bonheur.

A.T. Croom (Auteur de Roman Clothing and Fahsion) écrit :

“Les vierges vestales sont les plus connues des prêtresses romaines, et détenaient un rôle bien particulier dans la vie publique romaine… Mais ce qui nous importe le plus, c’est qu’elles portaient aussi un voile.” 21) A.T. Croom – Roman Clothing and Fashion (Tempus Publishing, 2000) – Page 112

Ces femmes, qui avaient fait un voeu de virginité perpétuelle, couvraient leur tête. Dès lors, nous comprenons que le voile n’était pas un symbole de femme mariée. Personne dans leur culture ne l’aurait interprété de cette façon.

Le témoignage des premiers chrétiens

Une autre pièce à conviction est la façon dont les premiers chrétiens ont compris l’ordre de Paul. Tertullien (160-220) écrit juste 150 ans après que la première lettre aux Corinthiens fut écrite. Il est bien placé pour savoir comment les chrétiens pratiquaient cet ordre de Paul à son époque. Dans son livre “Le voile des Vierges”, il écrit :

“Ainsi le comprirent les Corinthiens eux-mêmes. Aujourd’hui encore ces mêmes Corinthiens voilent leurs vierges. Les disciples prouvent par leur conduite quel a été l’enseignement des Apôtres.” 22) Tertullien – Le voile des Vierges – Chapitre VIII. – L’emphase sur la citation est de moi.

Cela pose question à ceux qui défendent le point de vue du voile pour les femmes mariées : “Pourquoi l’église de Corinthe voilait ses vierges en l’an 200, si le voile était réservé aux épouses ?

Jérôme (347-420) confirme aussi cette pratique pour les femmes non-mariées lorsqu’il parledes vierges et des veuvesen Égypte et en Syriequi se sont consacrées au Seigneur“. Il dit que ces femmesne vont pas tête découverte afin de ne pas être en défiance avec le commandement des apôtres, mais elles portent au contraire un manteau couvrant et un voile.23) Lettres de St. Jérôme – Lettre 147 (#5)

Pensées finales

Paul nous dit que nous sommes tenus de pratiquer le voile “à cause des anges” (1 Cor 11:10) et parce qu’il dissimule la gloire humaine (1 Cor 11:7). À aucun moment il ne dit que le voile sert à montrer si la femme est mariée ou non. Ceux qui soutiennent ce point de vue se basent d’avantage sur une analyse culturelle (qui de plus est incomplète nous l’avons vu) que sur une exégèse biblique. Comme il n’existe pas de raison valable, que ce soit sur le plan historique ou biblique, pour comprendre le voile chrétien comme un signe marital, nous affirmons que cet enseignement est pour tous, indépendamment de leur statut matrimonial.

References

1.
 Cela inclue notamment les traductions Second, Darby, Semeur, Parole de Vie, la TOB, tout comme la bible liturgique épiscopale.
2.
 La version anglaise RSV défend aussi ce point de vue en traduisant 1 Cor 11:3 comme “la tête de la femme est son mari”.
3.
 Lire “What is the Head Covering in 1 Cor 11:2-16 and Does it Apply to Us Today?” de Daniel Wallace sur Bible.org. Nota : Dr. Wallace pense que le voile est un symbole pouvant être remplacé par autre chose de plus actuel, point de vue que nous ne partageons pas.
4.
 Daniel Wallace – What is the Head Covering in 1 Cor 11:2-16 and Does it Apply to Us Today?’ – Footnote #8.
5.
 Mary Kassian – Women, Creation and the Fall (Crossway Books, 1990) Page 100
6.
 Mary Kassian – Women, Creation and the Fall (Crossway Books, 1990) Page 101
7.
 Wayne Grudem – Evangelical Feminism & Biblical Truth (Crossway Books, 2012) Page 334 (réponse 9.2b)
8.
 Voir ‘Kelly Olson – Dress and the Roman Woman’ (Routledge, 2008) Page 22
9.
 A.T. Croom – Roman Clothing and Fashion (Tempus Publishing, 2000) – Page 87
10.
 Kelly Olson – Dress and the Roman Woman (Routledge, 2008) Page 25
11.
 Kelly Olson – Dress and the Roman Woman (Routledge, 2008) Page 40
12.
 Kelly Olson – Dress and the Roman Woman (Routledge, 2008) Page 34
13.
 Kelly Olson – Dress and the Roman Woman (Routledge, 2008) Page 34
14.
 David W. J. Gill – The Importance of Roman Portraiture for Head-Coverings in 1 Corinthians 11:2-16, Tyndale Bulletin 41.2
15.
 Voir ‘Hairstyles, Head-coverings, and St. Paul: Portraits from Roman Corinth’ by Cynthia L. Thompson (Biblical Archaeologist, June 1988) page 112
16.
 A.T. Croom – Roman Clothing and Fashion (Tempus Publishing, 2000) – Page 123
17.
 A.T. Croom – Roman Clothing and Fashion (Tempus Publishing, 2000) – Page 145
18.
 A.T. Croom – Roman Clothing and Fashion (Tempus Publishing, 2000) – Page 124
19.
 Citation de la page “Vestal Virgins” sur Wikipedia – Accédée le 30 mai 2014.
20.
 Citation de la page “Vestal Virgins” sur Wikipedia – Accédée le 30 mai 2014.
21.
 A.T. Croom – Roman Clothing and Fashion (Tempus Publishing, 2000) – Page 112
22.
 Tertullien – Le voile des Vierges – Chapitre VIII. – L’emphase sur la citation est de moi.
23.
 Lettres de St. Jérôme – Lettre 147 (#5)

Comments

Tribonien
Reply

Thanks to Mme Caroline for her studious translation of HCM content into the language of Farel, Calvin, Viret and Bèze.

Small French mistake in the title : Le voile est-il aussi pour les femmeS non-mariées ?

I suggest that Mr and/or Mrs Gardiner creates a « sitemap » French page with links to all the French articles arranged in a logical and/or chronological order. This would help beginners who won’t necessarily scroll all the way down and click on « previous posts » until they finally get to… the beginning.

Jeremy Gardiner
Reply

Thanks!! Just updated the title. I alerted Caroline to your comment.

Glad to hear the french articles are being read.
We will consider a sitemap for the translated articles at a later time but cannot do that right now due to time.

Leave a comment

name*

email* (not published)

website

Send this to a friend